Une hormone libérée par les os déclencherait la réponse biologique de stress

L’équipe de Gérard Karsenty de l’Université Columbia (New York) a découvert chez l’humain et chez la souris que, presque immédiatement après que le cerveau ait reconnu un danger, il ordonne au squelette de libérer dans la circulation sanguine de l’ostéocalcine, une hormone produite par les os, qui est nécessaire pour déclencher la réaction de préparation au combat ou à la fuite.

Une fois relâchée, l’ostéocalcine désactive la branche parasympathique (repos et digestion) du système nerveux autonome et permet ainsi l’activité du système sympathique responsable de la réaction de #stress. (Les réponses de l’organisme au stress et à la relaxation)

« Chez les vertébrés, la réponse au stress n’est pas possible sans ostéocalcine », explique le chercheur…
L’ostéocalcine aide à réguler le métabolisme en augmentant la capacité des cellules à absorber le glucose, améliore la #mémoire et aide les animaux à courir plus vite avec une plus grande #endurance…
Ces résultats pourraient aussi expliquer pourquoi des animaux qui n’ont pas de glandes surrénales et des personnes souffrant d’insuffisance surrénale – sans aucun moyen de produire de l’adrénaline ou d’autres hormones surrénales – peuvent développer une réaction de stress aigu. L’adrénaline n’est pas nécessaire pour la réponse de combat ou de fuite. Les niveaux circulants d’ostéocalcine sont suffisants pour déclencher la réaction de stress aigu.

Source et compléments : 

http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2019-09-19/reponse-au-stress-os-osteocalcine?fbclid=IwAR3J3v-WakkeAa9XKz_tE8x68Ume-SX8j3RI0RE_9S9XgxfRydwN-LFxBeE

L’importance de l’amitié

Les 4 types d’amis dont nous avons besoin (1)

Selon le psychologue américain Robert J. Wicks (2), nous avons surtout besoin d’amis qui nous aident à nous remettre en question et à aller de l’avant.
L’un des leviers les plus efficaces pour évoluer positivement dans sa vie, résoudre des problèmes et aller de l’avant, serait d’être bien entouré.
C’est ce qu’a constaté Robert J. Wicks, psychologue et professeur à l’université Loyola dans le Maryland, après avoir passé des années à animer des ateliers sur la résilience et l’amitié.

Selon lui, un bon réseau amical est nourri par quatre « courants » :
L’ÉQUILIBRE, L’ENCOURAGEMENT, les DÉFIS nécessaires et L’INSPIRATION.
Autant de qualités qui peuvent être incarnées par UNE OU PLUSIEURS PERSONNES de notre entourage.
Les termes employés par Robert J. Wicks étant difficilement traduisibles en français, nous avons choisi d’utiliser des qualificatifs différents.

partages rieurs

👉 L’ami GUIDANT (l’équilibre) :

C’est lui qui nous invite à nous poser les questions de fond sur notre vie : qu’est-ce qui, dans notre passé, continue à nous influencer négativement ? Qu’est-ce qui nous motive vraiment ? De quoi avons-nous le plus besoin dans notre vie ? Qu’est-ce qui nous empêche de nous réaliser ? Cet ami philosophe est un guide qui aide au questionnement introspectif, se contente d’accompagner notre réflexion, d’approfondir nos interrogations. Il ne donne ni solution ni mode d’emploi. Il n’est pas dans le jugement ni dans le maternage.

👉 L’ami SOUTENANT (l’encouragement) :

Son énergie positive nous aide à voir le bon côté des choses et son enthousiasme nous redonne l’envie de repartir du bon pied. C’est vers lui que nous nous tournons en cas d’échec ou en période de manque de confiance en nous. Sa bienveillance joyeuse et sa capacité à trouver des solutions originales ou à produire des raisonnements « hors les clous » sont des antidotes à la routine et à la négativité. Le vrai ami soutenant ne se contente pas d’un « tout s’arrange avec le temps », son optimisme est réaliste et « personnalisé ».

👉 L’ami DÉCAPANT (les défis) :

Son humour peut être féroce mais il est toujours salutaire. S’il manie l’ironie, c’est pour mieux nous montrer le ridicule d’un comportement trop rigide ou trop sérieux, ou d’une tendance à dramatiser le moindre problème. Il a le don de remettre les choses et les gens à leur (juste) place et de faire tomber les faux-semblants. Avec lui, on ne peut plus se contenter d’excuses qui ne tiennent pas ou se cacher derrière son petit doigt. Sa lucidité caustique dissipe les écrans de fumée, met le roi à nu et nous pousse à l’authenticité et au courage.

👉 L’ami INSPIRANT (inspiration) :

Il semble voir plus loin, plus en profondeur, au-delà des apparences. Il est sensible à la poésie et à la beauté des êtres et des choses. Créatif et audacieux, il se moque du regard et du jugement des autres, et vit sa vie comme il l’entend, à la manière d’un artiste, libéré des conventions. Sa fréquentation est source d’inspiration et donne l’élan et l’envie pour se libérer des conformismes qui entravent notre vie. L’ami inspirant est aussi celui qui, connecté à sa dimension spirituelle, nous faire voir plus loin en nous et autour de nous, au-delà du monde mental et matériel.

Notes personnelles :

En psychologie nous soulignons les notions de SOUTIEN SOCIAL PERCU avec différentes modalités : les soutiens sociaux informatif, matériel, émotionnel et d’estime.
Si le psychologue n’a pas une fonction d’ami à proprement parler, une grande partie de ces fonctions peut lui correspondre, notamment dans le cadre d’une psychothérapie.
Vous pouvez ressentir un besoin ponctuel ou celui d’un accompagnement plus suivi vers un changement. Voir par exemple ici

(1) Par Flavia Mazelin Salvi, journaliste pour psychologies magazine – Juillet 2019

(2) Bounce: Living the Resilient Life, Robert J. Wicks, Oxford University Press, USA, 2010, non traduit en français.

Colère délétère

La colère à des effets délétères sur notre santé physique, psychologique, et sociale.

« La colère peut être bénéfique quand elle permet d’exprimer des sentiments refoulés. Mais lorsque qu’elle s’avère trop fréquente, trop intense et qu’elle se manifeste sans raison apparente, elle fait du tort à notre organisme. Décryptage avec deux spécialistes.

« La colère se manifeste quand nous nous sentons frustré(e), quand nos croyances et nos valeurs sont menacées ou que nous ressentons un sentiment d’injustice. Seulement chez certain(e)s, l’émotion est éprouvée en excès, trop souvent, sans raison et n’aboutit à rien. La faute au cortex préfrontal, la zone du cerveau chargée de réguler les émotions, qui ne parvient pas à en diminuer l’intensité. Dans ce cas, la colère nuit. «À force de mettre le corps en surtension et en surrégime, elle est extrêmement énergivore pour l’organisme et le cerveau», précise Christophe Haag, professeur à l’EM Lyon et chercheur en psychologie sociale. Selon le professionnel, il serait même urgent de la maîtriser : «Elle est dans le « hit parade » du trop-plein d’émotions négatives ressenties aujourd’hui, je dirais qu’elle est assez dangereuse pour l’homme»

Des effets néfastes sur la santé

«Lorsqu’elle est ressentie fréquemment, violemment et de manière non adaptée, la colère peut développer des hernies, de l’urticaire, du psoriasis, de l’asthme et des douleurs dans le bas du dos», explique Christophe Haag.
«À terme, d’autres problèmes plus sérieux peuvent apparaître chez ces personnes. Elles ont plus tendance à souffrir de «maladies cardiovasculaires, de problèmes cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux, car elles sont en hypertension», indique le docteur en psychologie Didier Pleux. 
«Les colériques chroniques s’exposent aussi davantage aux ulcères.

Repli sur soi

«L’émotion peut amener à développer de l’anxiété, des phobies…
Ressentir trop fréquemment de la colère affecte l’équilibre émotionnel et la psyché. La raison est simple : «La physiologie périphérique de la colère est proche de celle du stress», explique Christophe Haag. Résultat, «cette émotion peut amener à développer de l’anxiété, des phobies ou un comportement compulsif». Dans certaines mesures, la colère peut aussi conduire au repli sur soi voire à la dépression.

«Si la colère est souvent orientée vers les autres, quelques fois, celle-ci peut être dirigée envers soi-même et nuire à l’estime de soi : «Certaines personnes sont tout le temps en colère contre elles-mêmes, elles se détestent et s’auto-condamnent», précise Didier Pleux.

La recherche de palliatifs pour s’apaiser

Selon le chercheur Christophe Haag, «les « serial colériques » ont une faible capacité de régulation émotionnelle, contrairement aux personnes douées d’une intelligence émotionnelle». S’ils ne sont pas pris en charge par un spécialiste, comme un coach ou un psychothérapeute, ils peuvent développer un comportement excessif pour s’apaiser. Cela se traduit par une consommation importante «de cigarettes ou d’alcool, par exemple, mais aussi, plus rarement, de sport», commente le docteur en psychologie.

Un impact négatif sur nos relations avec les autres

«Que ce soit avec ses amis, son conjoint, ou son ou sa supérieur(e), la communication avec les autres est stérile et ne mène à rien quand on est en colère. L’entourage pâtit de ces excès, qui finissent par nuire à la qualité de nos relations et réduire notre cercle social.

«S’exprimer avec colère est un signe d’immaturité  émotionnelle. C’est un moyen d’expression chez le tout-petit pour demander quelque chose parce qu’il ne dispose pas d’assez de mots, mais quand on est adulte, on les a», souligne Didier Pleux. Faute de pouvoir mettre des mots sur leurs ressentis sans perdre le contrôle, «les personnes en colère s’enferment. 
L’émotion peut ainsi nuire à la relation amoureuse dans un couple par exemple, pouvant parfois conduire à la rupture», précise Didier Pleux.»

Source du texte en italique : Mélodie Castan | Pour le Figaro.fr, Le 25 mai 19

Ce n’est pas tant la COLÈRE qui est nuisible que son expression agressive.
S’il est important de mettre en mots la source de cette émotion, la défouler de manière violente, comme certains le proposent, n’a qu’un effet de soulagement à très court terme et un effet d’amorçage, facilitateur de la réitération de l’expression agressive de cette émotion : plus vous vous exprimer avec violence, plus vous faciliter ce mode d’expression immature !

Développez plus de #sérénité, apaiser vos tensions excessives :
séances individuelle ou petit groupe au bord Sud de Rennes (35).

Séances auprès de salariés

Une porte se ferme, temporairement, les chaises sont rangées : c’est la fin d’un cycle de 30 séances de sophrologie pour les salariés de la Banque Postale de Rennes.

Nous avons conclu avec une pratique intégrative de 42 min, essentiellement autour des Relaxations Dynamiques du 1er (le plus fondamental), du 2e et 5e degré. Toutes les participantes présentes pour cette ultime séance d’une heure ont beaucoup apprécié le cursus de cette année scolaire, à travers, ont elles souligné, la diversité, les quelques explications et préconisations.
Merci à elles (et oui, aucun autre homme que ma présence) pour leur régularité et investissement (l’une est même venue pour une séance lors de ses congés !).

Ma plus belle récompense reste les sourires partagés et le sentiment d’apporter plus de sérénité !

Nous espérons le renouvellement de cette parenthèse méridienne à la rentrée prochaine, mais une réorganisation d’horaires professionnels non encore arrêtée pour ces personnes laisse une certaine incertitude…


N’hésitez pas à vous rapprocher de moi pour découvrir cette approche !

Seul le présent existe

«À l’instar de la lune qui n’émet pas sa propre lumière mais peut seulement refléter la lumière du soleil, le passé et le futur ne sont que deux pâles reflets de la lumière du pouvoir et de la réalité qu’est l’éternel présent. Leur réalité est emprunté au présent.»

Eckhart TOLLE, Le pouvoir du moment présent.

Le passé n’est en effet que le souvenir d’anciens moments présents. Le futur qu’une hypothèse projetée à partir du présent.

Le temps passé et futur, est une construction mentale à l’origine de la souffrance psychologique.

Il est important de développer des compétences de pleine présence à l’instant.

Cela peut être réalisé dans des activités quotidiennes, facilité par certains loisirs, comme le jardinage pour certains, la plupart des sports pour d’autres, etc. Éprouvé à travers l’art (en tant qu’acteur ou spectateur), la contemplation de la nature, l’amour du beau. Ou simplement des activités de routines avec cette intention d’être pleinement présent.

Il est possible de développer pas à pas ces compétences. Je peux aussi vous guider pour cela, à l’aide d’apprentissages progressifs et adaptés, autour d’approches méditatives.

 

Entraîner la volonté

« Nous devenons la somme de nos petits choix quotidiens » (Martin LATULIPPE)

Il est important d’entraîner notre volonté, comme un muscle, en relevant chaque jour, avec constance, des petits défis. Et il est tout aussi important de s’octroyer des plages de ressources (comme il est important en musculation d’avoir des temps de repos, de récupération), avant d’entreprendre un nouveau petit défi.

Exemples de défis du quotidien :

  • une marche dynamique de plusieurs minutes ;
  • une bonne posture ;
  • une tâche ménagère moins habituelle ;
  • 5 à 10 minutes de méditation ;
  • arrêter de se plaindre à voix haute.